Les Red Dolphins rebondissent et misent sur Los Angeles 2028 pour représenter la Belgique

Retournement de situation au Comité Olympique International. Alors que le World Sailing avait voté à l’humanité et proposé « La course au large en double mixte » comme épreuve pour les JO de Paris 2024, contre toutes attentes, le CIO a refusé cette épreuve pour Paris 2024 au profit du Kite Surf (dédoublé en femme et homme).

Une décision très difficile à digérer pour les sportifs de Haut niveau de L’Adeps, Sophie Faguet et Jonas Gerckens, comme pour toutes les autres nations d’ailleurs qui s’entraînent déjà depuis plusieurs années en vue de participer à cette olympiade.

Sophie Faguet « Cet objectif incroyable et unique dans la vie d’une team s’était posé sur notre parcours en 2018. Il a donné naissance à ce beau projet des Red Dolphins et nous anime depuis notre rencontre. Il vient de s’évaporer tout simplement. D’un claquement de doigts, des politiciens viennent de voler les équipes qui ont planché pendant 2 ans sur cette épreuve ainsi que les fédérations qui s’étaient investies auprès des sportifs pour les accompagner et leur organiser des épreuves de haut niveau et bien sûr, nous, les sportifs qui nous préparions en vue de cet objectif et c’est difficile à admettre.

Voilà, depuis le début de la crise sanitaire, nous devons faire preuve d’abnégation et d’adaptabilité. Ne pas flancher, respirer, regarder loin devant et rebondir ».

Les arguments mis en avant par le CIO ont été démontés, les uns après les autres par le World Sailing et La France qui accueille cette olympiade. À commencer par le soi-disant souci de sécurité en mer. À cette crainte, les organisateurs ont répondu que l’armée française, elle-même, était prête à assurer le suivi des skippers durant toute la course. Ils ont même changé le parcours pour le rapprocher des côtes afin de rassurer le CIO.

Médaille d’argent pour les Red Dolphins à l’Euro de Course au Large en double Mixte
Médaille d’argent pour les Red Dolphins à l’Euro de Course au Large en double Mixte

Les arguments en faveur de cette discipline sont par contre nombreux. À commencer par le fait qu’il s’agit d’une épreuve en double mixte, ce qui est très rare au niveau olympique. C’est également une épreuve très facile à comprendre pour le grand public puisqu’elle débute d’un point A (la ligne de départ) pour rejoindre un point B (le premier qui dépasse la ligne d’arrivée à gagner). C’est simple et donc cela suscite très vite de l’engouement. Enfin parmi les arguments recherchés par le CIO, il y a la possibilité d’organiser une E- course en temps réel. Tout un chacun peut donc concourir aux côtés des grandes nations avec son propre bateau virtuel.

Entrainements des Red Dolphins à Marseille

La déception est immense, mais comme tout bon sportif de haut Niveau, Les Red Dolphins ne comptent pas s’arrêter à cette décision, aussi incompréhensible qu’elle soit comme l’explique Jonas Gerckens :

« La déception prime. Cette décision, à contre-courant des changements déjà visibles dans la voile et le sport en général, est bien dommage.
Il faut quelquefois un peu plus de temps aux grandes instances du sport pour accepter le changement !
Les Red Dolphins ne lâchent rien pour autant. D’une part, Les objectifs européens et mondiaux sont toujours d’actualité dès 2021 et d’autre part, le programme du nouveau Class40 Volvo164 va aussi pouvoir bien nous occuper avec notamment la Jacques Vabre en 2021 (Objectif Top 8) et la Route du Rhum 2022 (Objectif top 5). Enfin, je ne doute pas que la course au large double mixte sera au programme 2028 des Jeux de Los Angeles. Vous connaissez déjà nos intentions pour représenter fièrement la Belgique. »

Infos & Contact
Delphine Simon
+32 475 955.646

Partagez | Share | Deel
  •  
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •