Une triste fin pour un cabinier

… de mémoire de membre mésaventure jamais arrivée au SNEH

C’est l’histoire de Charly dont on a retrouvé le bateau « Galopin » coulé au pied du Barrage de la Plate Taille. Un First Twenty, beacher (quille redevable de 180 à 70), bi-safrans, de 1500 kg. Si nous vous rapportons ces tristes faits, c’est pour insister et vous démontrer qu’une bonne assurance Responsabilité Civile avec une couverture pour les Frais de Recherches et Renflouement est nécessaire et importante.

Avant l’incident

Le mouillage : 5 pneus remplis de béton disposés en étoile, reliés entre eux par une chaîne de 10 mm sur une bouée de 70 litres avec émerillon.
Le bateau était attaché en dessous de la bouée avec une chaîne à la cadène et au-dessus de la bouée avec une amarre de 2 ans.
Le bateau se trouvait dans le fond Ouest de la baie de l’Oupia, pratiquement en face des pontons.

La tempête Ciara du 09/02/2020

Suite cette tempête, le bateau est parti… avec tout le mouillage.

  1. Charly a d’abord cru qu’on lui avait volé et a donc fait le tour du lac pour le retrouver… sans succès
  2. Deux plongeurs sont allés voir à l’emplacement du mouillage et ont constaté des traces fraîches de blocs qui auraient été tirés…, mais pas de bateau !
  3. Il s’est renseigné auprès des membres du club qui en ont conclu qu’avec un vent de Sud-Ouest, il ne pouvait avoir été que vers le barrage.

La partie assurance

Il ne restait plus qu’à prévenir l’assureur Insura Marine, le club, la police et la SPW. Ensuite une étroite collaboration entre Insura Marine et le propriétaire s’est activée.

Insura Marine a donné le feu vert pour continuer les recherches et un expert a été mandaté. A force de chercher avec les plongeurs, ces derniers ont pu localiser le bateau, contre le barrage où des pièces menaçaient d’aboutir dans une des turbines.

Octo Diving, société experte en travaux sous-marins, a été contactée par l’assureur afin d’organiser le renflouement du « Galopin » depuis le barrage, à l’aide d’une grue et l’envoi de plongeurs dans l’eau.

Grace à une étroite collaboration entre Charly -propriétaire et membre du SNEH-, Insura Marine, Octo Diving, la SPW et l’expert, le bateau a été renfloué sans complications. Heureusement, seul l’usage d’une turbine a temporairement dû être interrompu, pour la sécurité du renflouement.

Comme on peut se l’imaginer, le bateau était en piètre état : l’étrave déchirée, la coque et le pont du côté tribord fortement endommagés, mât cassé, voiles déchirées, gouvernail arraché, … L’expert a dû vite constater une perte totale économique.

La chaine de l’ancrage était encore fixée au bateau.

Le renflouement effectué, le travail d’Insura Marine a continué afin de régler l’indemnisation dans le dossier tant pour les frais de recherches et retirement que pour le remboursement de la valeur du bateau. Le déboursement final dans le dossier s’élève à plus de 30.000 € plus de 8.000 € pour le renflouement et plus de 20.000 euros pour le bateau.

Cependant, les dommages auraient pu être encore beaucoup plus élevés si des pièces du bateau avaient atterris dans les turbines du barrage.

Et maintenant

Charly a décidé de refaire un nouveau mouillage :

  • d’un seul bloc de 1050kg
  • une chaine de 10mm avec une manille de 14 munie d’un émerillon avec frein de mouillage
  • une nouvelle bouée de 90 litres

Charly en conclut

  • Il faut demander plusieurs avis avant de faire son mouillage
  • Vérifier ou faire vérifier son mouillage après 5 ans, ensuite contrôler de façon annuelle et après 10 ans remplacer la chaîne.
  • Lors de coup de vents sérieux, ne pas hésiter à venir vérifier son mouillage.
  • Ne jamais laisser votre bateau attaché uniquement par une amarre, surtout si vous le laisser au mouillage tout l’hiver.

Interviewé : Charly Ben Mabrouk
Rédactrice : Véronique Hachez
Détails d’assurance : Insura Marine

Parole à Insura Marine, l’assureur partenaire et sponsor principal de la FFYB :

Il est en effet très important d’avoir une bonne police d’assurance. Insura Marine travaille avec plusieurs compagnies d’assurance renommées, tant en Belgique qu’à l’étranger.

Une assurance bateau peut couvrir plusieurs garanties :

Responsabilité Civile : La garantie la plus importante, couvre les dommages occasionnés à tiers. Ceci est généralement assuré pour un montant minimal de 5 000 000 € ;

Frais de Recherche, Sauvetage et Renflouement : Garantie tout aussi importante que la Responsabilité Civile, et obligatoire pour pouvoir mouiller dans un port ;

Protection Juridique : Cette garantie couvre le bateau pour tout ce qui concerne les frais d’avocat, mais pas que. Elle peut également couvrir : les litiges contractuels ayant trait au bateau, les litiges à l’étranger, l’organisation d’une contre-expertise… ;

Individuelle Accidents : Couvre tous les passagers venant à bord du bateau ;

Casco Complet/Limité : En fonction de l’âge du bateau, une assurance Omnium, plus communément appelée Casco, peut être souscrite afin de couvrir les dommages au bateau.

Comme courtier indépendant, Insura souscrit tout type d’assurance depuis 2001. La division Insura Marine, couvre votre bateau aux meilleures conditions.

Vous ne devez pas vous rendre dans nos bureaux, Insura Marine livre un service sur mesure, à domicile ou chez vous à bord. Depuis près de dix ans, Insura Marine, conseille et assure tout type de navigateurs. Nous savons de quoi nous parlons avec une expérience personnelle du monde nautique.

Un des gérants d’Insura Marine, Thierry Eeman, est presque né à bord et a pratiqué de la voile toute sa vie. Il a ainsi découvert avec son bateau plusieurs pays, dont la Norvège, Suède, Pays-Bas, France…

Insura Marine offre annuellement la vague d’Or aux participants du festival de la mer “Into The Blue”.
N’hésitez pas à Contacter Insura Marine à l’aide du site www.insuramarine.be ou au numéro gratuit 0800/96.626. En outre, si vous êtes membres de la FFYB, vous recevrez une ristourne complémentaire.
Partagez | Share | Deel